Réunion informelle des ministres de la santé

Jens Spahn, Ministre fédéral de la santé : « Renforcer ensemble les défenses de l’Europe »

Les ministres européens de la santé ont demandé à la Commission européenne de faire du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) un puissant centre de réaction aux crises sanitaires internationales et de présenter une stratégie visant à relocaliser dans l’Union européenne la production de produits pharmaceutiques essentiels. Telles sont les principales conclusions de la réunion informelle des ministres de la santé des 27 États membres de l’UE qui s’est tenue aujourd’hui à Berlin. Les représentants du trio des présidences, Marta Temido, ministre portugaise de la santé, et Tomaž Gantar, ministre slovène de la santé, ont participé sur place à la vidéoconférence présidée par Jens Spahn, ministre fédéral allemand de la santé.

Jens Spahn, Ministre fédéral de la santé, déclare à ce sujet : « ‎La pandémie du coronavirus a montré une fois de plus que nous, Européens, devons faire front ensemble en cas d’urgence. Pour parer ensemble aux dangers, il est impératif de mieux nous préparer. L’Europe doit devenir plus souveraine en matière de production de médicaments essentiels. Nous nécessitons également une autorité européenne de crise sanitaire solide et mieux équipée. C’est la seule façon de pouvoir réagir rapidement en cas d’urgence et de soutenir les États membres. Ensemble, nous pouvons renforcer les défenses de l’Europe. »

Détails du projet :

  • Pour pouvoir réagir plus rapidement à l’avenir à des crises sanitaires internationales, le CEPCM doit être développé et doté de davantage de compétences. À cette fin, une « Health Task Force » doit être créée au sein du CEPCM, qui pourra apporter un soutien préparatoire aux États membres en matière de gestion des crises. Un système de surveillance électronique uniforme dans l’ensemble de l’UE au sein du CEPCM et des États membres, pourvu de critères et de seuils communs, permettra à l’avenir d’évaluer, d’analyser et de modéliser en temps réel les menaces potentielles pour la santé. Le CEPCM et les États membres travailleront ensemble à l’élaboration d’un document d’orientation UE sur les plans régionaux de lutte contre la pandémie. Afin de développer le CEPCM en conséquence, une proposition législative présentée par la Commission européenne est prévue d’ici la fin de l’année.

  • La concentration accrue de la production des principes actifs de médicaments essentiels en dehors de l’UE, parfois sur seulement quelques sites de fabrication, augmente le risque de pénuries d’approvisionnement en médicaments, et pas seulement en cas de crise sanitaire. La sécurité de l’approvisionnement en médicaments constitue donc une priorité supplémentaire de la présidence allemande du Conseil de l’UE. Des aides financières visant au maintien et à la relocalisation en Europe de la production de principes actifs de médicaments essentiels seront ainsi examinées conjointement et un échange de données sur les sites de fabrication à l’échelle de l’UE sera mis en œuvre. Un dialogue entre les États membres et les autres acteurs au niveau de l’UE, coordonné et institutionnalisé par l’Agence européenne des médicaments, sera engagé. La Commission européenne est invitée à présenter, en étroite consultation avec les États membres, la stratégie pharmaceutique de l’UE annoncée par la Commission d’ici octobre 2020, en tenant compte de ces mesures concrètes.

  • L’Europe devrait également exploiter le potentiel de la numérisation dans le secteur de la santé de l’UE. Cela signifie notamment une amélioration de l’accès aux données sur la santé et de leur échange au sein de l’UE. À cette fin, un espace commun de données sur la santé doit être créé, permettant un accès et un échange de données sur la santé à des fins de recherche, de diagnostic et de thérapie dans le respect de la protection des données. La Commission européenne et les États membres souhaitent, à cet effet, élaborer un cadre commun.

Contact